Alain Weill, dirigeant d’Altice, va prendre le contrôle de L’Express

FacebookTwitterGoogle+LinkedIn

L’Express change de propriétaire. Actuellement détenu par le groupe Altice de Patrick Drahi (comme Libération), l’hebdomadaire va être repris à titre personnel par Alain Weill, le président d’Altice France et fondateur de NetxRadioTV (BFMTV, RMC…).

Le groupe de Patrick Drahi conservera une participation minoritaire dans le magazine.

M. Weill veut mettre en oeuvre un « projet de transformation » pour ramener l’hebdomadaire, lourdement déficitaire, à l’équilibre dès 2020.

« Un projet radical (…) celui de la dernière chance »

Cela passera par une refonte en profondeur, éditoriale et commerciale, et un plan d’économies incluant la suppression d’une quarantaine de postes, sur un total de 180 salariés (dont 127 journalistes).

« C’est un projet radical, je ne vais pas dire que c’est celui de la dernière chance, mais il faut prendre le taureau par les cornes », a assuré M. Weill lors d’un point presse.

L’hebdomadaire, a-t-il précisé, a perdu 10 millions d’euros l’an dernier, soit le quart de son chiffre d’affaires, et a vu ses ventes chuter de 40% en 4 ans, à environ 244.000 exemplaires en moyenne au 3e trimestre 2018 d’après l’ACPM. Mais ses ventes numériques commencent à décoller, avec 23.000 abonnés fin 2018.

« Revenir aux fondamentaux » de L’Express

Disant vouloir s’inspirer du redressement réussi de la radio RMC, qu’il avait rachetée il y a dix ans alors qu’elle était moribonde, le dirigeant, qui conservera ses fonctions chez Altice, a dit vouloir « revenir aux fondamentaux » de L’Express.

Alors que sa mission d’origine était de « dire aux Français la vérité pour qu’ils obligent la société à se transformer », il veut doter L’Express d’une nouvelle ligne éditoriale consistant à « porter le débat pour que les Français transforment la France ».

Altice, maison-mère de l’opérateur de télécoms SFR et d’une palette de médias (BFMTV, RMC, Libération…) avait acquis L’Express en juin 2015 auprès du groupe de presse belge Roularta, en même temps qu’une dizaine de magazines qu’il a depuis quasiment tous revendus.

Source : AFP