Conflit TF1/Canal+ : du différend commercial au différend politique et juridique

FacebookTwitterLinkedIn

Ce vendredi 2 septembre, Canal+ annonçait être « contraint de cesser la diffusion des chaînes du groupe TF1 » en raison d’un différend commercial.

Le même jour, le Groupe TF1 a annoncé « déplorer » la décision de Canal+ qui « n’a pas souhaité conclure un nouvel accord de distribution des chaînes et services du groupe TF1 malgré des semaines de discussions et de négociations« .

La Ministre de la Culture, Rima Abdul Malak est intervenue au cours du week-end, en demandant à Canal+ de rétablir la diffusion des chaînes du groupe TF1 sur son offre en « [appellant le groupe à son] sens des responsabilités et de l’intérêt général pour éviter de priver des centaines de milliers de foyers de la réception de l’intégralité des chaînes de la TNT« Ce sont en effet plus de cinq millions de personnes qui sont privées des 5 chaînes gratuites de la TNT. Cet arrêt de diffusion a eu un effet sur les audiences : le JT de France 2 dépassant celui de TF1 (19,6% contre 17%)

Malgré tout, Maxime Saada, patron de Canal+ a réagi dans le Journal du Dimanche, expliquant que « les chaînes de TF1, gratuites dans la loi, [doivent le rester]. Les abonnés Canal+ n’ont pas à payer pour des chaînes gratuites« . Pour conclure, le Groupe Canal+ « en appelle au sens des responsabilités du Groupe TF1 et s’engage à reprendre dans les 24 heures la diffusion de ses chaînes gratuites de la TNT pour l’ensemble de ses abonnés dès lors que ce dernier l’y autorisera gratuitement. »